Biographe, artisan d’une renaissance

Photographie de Ch. Rouget. en 1931-1931. Paris, musée Carnavalet.

Sur la pointe des pieds… pas par effraction, non, du tout, mais comme on entre dans la chambre d’un ancêtre assoupi, avec la volonté de ne pas déranger. Se faire le plus petit possible, aborder doucement par une parole qui invite sans jamais imposer, entendre à demi-mot, saisir au bon moment le fil des souvenirs, écouter le clair récit qui se dévoile entre silences, aveux, respirations.

Puis, construire, reprendre, relire et relier, coudre enfin, avec des mots qui s’enchâssent dans les phrases, une histoire qui est celle de cette personne-là, que vous ne connaissiez pas il y a peu de temps encore, qui ne sera ni votre amie, ni une proche, simplement quelqu’un d’unique, dont vous, dans l’ombre, aurez été l’artisan d’une renaissance.

Trouver les mots pour une histoire qui ne demandait qu’à s’écrire, raviver des souvenirs qui ne sont pas les vôtres, c’est tout cela à la fois.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :